Un jour, un concert : VALD

0

Le Rap n’est pas mort, contrairement à ce que beaucoup de nostalgiques pourraient affirmer. Disons plutôt qu’il s’est métamorphosé. Lorsqu’il est apparu à la fin des années 1980, les rappeurs avaient parfois des messages à délivrer car ils n’étaient pas reconnus pour ce qu’ils faisaient et parce que la plupart étaient des afro-américains victimes de discrimination. Mais aujourd’hui, en 2015, les acteurs sont identifiés comme des artistes, et depuis 20 ans, la discrimination a diminué. Le Rap est pratiqué par des personnes mettant en avant leur fortune, leurs exploits personnels et surtout leur prétention. Cette dernière caractéristique est d’ailleurs présente depuis le début : les rappeurs sont des prétentieux. Et le 22 octobre 2015 à Liège, c’est un rappeur français prétentieux nommé Vald qui est venu faire le show au Reflektor.

Avec ses deux clips « Bonjour » et « Selfie », Vald a largement accru sa fan-base. Ces deux chansons étaient très attendues par le public déchaîné du Reflektor. Mais avant tout, commençons par le commencement.

Il est 19h15, la foule se réunit petit à petit devant l’entrée du café-théâtre appelé Reflektor. On y retrouve surtout des adolescent(e)s, dont la plupart ne dépassent pas le mètre 60… Il y a également de jeunes adultes, toujours une bière à la main gauche et une clope à la droite, classique ! À 19h30, une dame affiche un papier sur lequel il est écrit que le concert débutera finalement à 20h30. Indignation ! Les gens n’ont donc plus qu’à attendre… À 20h, le public peut enfin entrer dans le café et montrer les tickets. Entre temps, Vald fait une apparition éclair pour venir déposer ses affaires près de l’entrée de la salle de concert. Là, un de ses collaborateurs fait une remarque : « Je ne vous sens pas chauds, les jeunes ! Pourtant, Vald, lui, il est bouillant ! ». « Qui est cet homme ? Que nous veut-il ? » se demandent la plupart des personnes attendant à ses côtés… À 20h30, les portes de la salle ouvrent enfin, mais il faut attendre 20h45 pour voir l’arrivée fracassante de Vald.

Vald Face

Son DJ, dont le nom m’échappe, demande aux fans de faire un maximum de bruit pour son poto Vald. Et voilà l’artiste, aux côtés de son ami AD, qui débarque en sautant dans tous les sens et en rappant sur « Par Toutatis ». Le ton est déjà donné, il va tout casser. Il déborde d’énergie, il saute, il court et il crie, le tout imité par le public, son public. L’ambiance est au rendez-vous, les habitants de la Cité Ardentes accueillent le rappeur comme il se doit. Celui-ci déclare même être choqué de voir une telle rage débordante de leur part. Les demoiselles font raisonner leurs cordes vocales électrisantes, les messieurs font tourner les bédos, même autour d’un pogo… L’artiste enchaîne les hits de ses deux EP (Extended Play) que sont NQNT et NQNT2. On passe de « Vie de cochon » à « Shoot un ministre » en passant par le fameux « Poisson ». Mais le Français va encore plus loin, il propose une exclusivité qu’il avait enregistré la veille, mais son public ne suit pas. Les fans sont nostalgiques et réclament les classiques. C’est là que le rappeur interprète alors « Bonjour » ; c’est l’apocalypse totale. Et pour finir en beauté, Vald chante « Selfie ».

Vald Bonjour

Assez prétentieux et arrogant dans les interviews, Vald est cependant très dévoué et même marrant sur scène. Il ne fait pas vraiment du Rap pour délivrer un message et encore moins pour exhiber ses billets, il rappe surtout pour divertir la galerie et ça se voit. Vald est un personnage, rien de plus. Parfois ses textes ont du sens comme dans « Shoot un ministre » et parfois pas du tout comme dans « Poisson » et « Bonjour » dont le but est purement humoristique.

Au final, ce concert à Liège, bien qu’un peu court, était très entraînant. Vald était en forme, le public était en forme, what else ?

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here