Father – III [EP] (2014)

1

Oreilles sensibles, abstenez-vous, cet article va parler d’une musique débarquant tout droit des enfers.

Sordide, glauque, sinistre… Sombres sont les mots qui décrivent l’univers musical qui sort de l’esprit de FATHER. Ce duo londonien nous livre depuis son arrivée en 2012 des sons à sonorité unique. S’il est principalement à définir comme ressortant de la ‘techno’  – surtout de par sa rythmique -, leur style musical bascule dans un genre à part, à mi-chemin entre de l’electro et du trash, tout en ayant cette base techno. Les morceaux sont pour la plupart marqués par un beat lourd et bien clash, et le tout est enveloppé par une bassline infernale et grasse à souhait. Je me souviens avoir découvert FATHER en écoutant leur remix de I Don’t Need to Sleep de D-R-U-N-K & Marseille ; j’avais directement été captivé par la puissance qui s’en dégageait. C’est après une année d’absence, deux EP’s sortis sur des labels de grande renommée et après avoir livré un excellent remix de Desire de Dems (juste avant le silence radio) qu’ils sont de retour.

Father - III 2Back in business avec tout cet attirail de sons et synthés diaboliques. FATHER “III” (après un second et intense EP intitulé ‘Magnavision’  – sorti sur le label Chewy Chocolate Cookies – qui est hélas passé un peu inaperçu), c’est comme une nouvelle page pour le duo ; Girl Harvest, The End Of Reason et Omnisane représentent d’une certaine manière à eux trois une conclusion à leur univers. De quoi leur offrir une nouvelle fenêtre de tir via le label frenchy Police Records sur lequel ils marquent ce retour, label qui a déjà une sacrée ribambelle de releases impressionnantes. On avait déjà eu l’occasion d’entendre Omnisane dans la compilation Oh My God It’s Techno Music ! de 2013 du label éponyme, et le titre revient ici pour s’additionner avec les deux autres nouveaux monstres. De quoi satisfaire amplement les personnes qui en avaient déjà fait la découverte… Si Girl Harvest possède un titre qui retranscrit pleinement l’univers dans lequel il nous plonge à l’écoute, The End Of Reason, lui, nous balance une lourdeur sans pareille à laquelle on ne s’attend clairement pas. En réalité, FATHER nous surprend toujours, impossible de s’attendre à quelque chose de spécifique ; ce sera toujours une découverte violente et sacrément marquante. Ils parviennent à innover dans un style qui n’est pas vraiment fondé, auquel ils contribuent tout de même depuis leur arrivée. Mais quel style, au fait ? La techno trash ? Ça existe ? Disons que oui ; pas qu’ils la créent, mais ils participent, à leur sauce, à sa fondation. Personnellement, FATHER me fait énormément penser à Mr.Skeleton, cet autre individu diabolique pour qui la musique peut être transformée en un supplice savoureux à faire partager. Même si les deux noms ne se ressemblent pas vraiment sur le terrain, ils arrivent à créer du sombre exceptionnel.

“Les morceaux sont pour la plupart marqués par un beat lourd et bien clash, et le tout est enveloppé par une bassline infernale et grasse à souhait.”

FATHER – Girl Harvest from turk lees on Vimeo.

Le résultat de ce nouvel EP est le suivant : ce qui fait la puissance des trois sons qu’il comporte, et donc de l’EP en lui-même, résulte en le voyage auditif unique auquel il nous confronte. Et on en viendrait même à dire, en parlant de confrontation, qu’on subit là un viol auditif, tellement nous sommes violentés et secoués dans tous les sens par cette folie. Ah ben tiens, voilà comment trouver un sens au titre Omnisane, qui se place comme par hasard en fin de route… Bref, c’est ça qu’on aime chez FATHER : la violence et l’acharnement de ces basslines folles. La première piste, Girl Harvest, donne dès les premières secondes le ton : ça va chier. Si FATHER essaie de se faire remarquer, c’est pas pour rien, ils savent comment faire trembler nos oreilles. Et du soutien, ils en ont besoin et ils en méritent. Une pure merveille !

FATHER :

Police Records :

1 commentaire

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here